Tout le monde le sait, Sam c’est le bon samaritain c’est à dire celui qui conduit et donc qui ne boit pas.

Sam est jeune car né après l’avènement du permis à point, jeune mais finalement beaucoup plus responsable que “nous”. J’entends par “nous” la génération bercée par le slogan “Un verre ça va, trois verres bonjour les dégâts”. Ce qui dans les faits se transformait souvent en jeux à boire (à savoir qui pourra boire le plus de verres avant d’atteindre les dégâts), sans parler des comptes d’apothicaire du style : “çaaa vaaa c’étaient des petits verres donc ça compte que pour un”. Bref, pour notre génération l’abstinence est un gros mot, pour Sam, elle fait partie de son quotidien.

Il est vrai que certains jeunes ne passent pas leur permis pour ne pas devoir être Sam un samedi par mois, c’est sur qu’à première vue, rester sobre en soirée quand tous ses potes autour de soi se bourrent la gueule, ça sent le vieux plan. Mais d’autre ont bien compris les avantages d’être celui qui ne boit pas et cela va bien au-delà du fait d’éviter les ennuis en cas de contrôle routier.

drunk-dance

En premier lieu, garder toutes ses facultés mentales pour draguer les filles et passer pour un érudit accompagner de ses lourdos de potes. Et même si Sam n’est pas doué pour la tchatche, en fin de soirée, jouer les bons samaritains en raccompagnant une fille bourrée chez elle, c’est l’assurance de la bourrer encore un peu.

drunkgirlAs Seen On LeoChiang.com

 

Et de façon générale, pendant la soirée Sam aura beaucoup d’occasions de rigoler et de se moquer de ceux qui ont abusés de la bouteille. Et ce n’est que justice, puisque rappelons le, Sam a passé son temps à boire des jus d’orange sans vodka, la moquerie seule remède à la frustration. Une frustration qui pousse certains Sam à immortaliser la déchéance de leurs potes (ou autres congénères), d’une part pour prolonger la rigolade sur plusieurs jours, et parce que de toute façon se moquer d’un pote avec plusieurs grammes dans le sang n’a pas trop d’intérêt, mieux vaut attendre qu’il ai retrouvé toutes ses facultés d’analyse. Il se peut aussi que le pote n’ai gardé aucun souvenir de la veille, la photo s’impose comme une sorte de devoir de mémoire, pour lui rappeler tous ses souvenirs. Imaginez la scène, un membre du groupe s’écroule de “fatigue”, les autres éméchés n’y prêtent pas la moindre attention, mais Sam, lui, va sauter sur l’occasion pour s’amuser, faire des graffiti sur son visage ou encore déposer différents objets sur lui, tout ça pour faire une photo la plus mémorable possible.

drunk3drunk6

Et bien sur à l’ère des réseaux sociaux, ce Sam photographe a aussi la possibilité de partager ses clichés de vomissement, cuvage et autres ébats sexuelles avec la planète. C’est dégueulasse diront certains mais comme on l’a vu plus haut Sam pratique déjà l’abus de faiblesse donc n’aura aucun remord à publier une photo d’un pote et encore moins si les spécimens pris en photo font partis d’un autre groupe.

Le site le plus connu “Embarrassing NightClub Photos” a été fermé, mais rassurez-vous d’autres sites, des tumblr, ou encore des pages facebook lui rendent hommage et permettent à ces photos de rester accessibles, et aux Sam de continuer à publier. Personnellement, je pense que ce genre de site devraient être sponsorisés par les organismes de lutte contre l’alcoolisme. Ces sites ont un réel potentiel de mission de santé publique, s’il étaient montrés dans les écoles, ils pourraient créer des vocations de Sam et aussi peut être calmer les ardeurs des huge-drinker.

drunkdrunk4

Bien entendu il n’y a pas que les djeuns qui se mettent minables, je ne veux pas jouer les vieux cons mais c’est vrai que lorsqu’on prend de l’âge, on gère beaucoup mieux sa consommation d’alcool tout simplement parce qu’on a déjà trop souffert de lendemains difficiles, d’ailleurs c’est pour ça qu’on utilise l’expression “prendre de la bouteille”, non ? Bref les jeunes faites attention “Sam is watching you”.

Sebdo.