CDL Vous en avez tous entendu parler, fin mars 2008, une banderole Anti – Ch’tis (autrement appelée la “banderole de la honte”) a été déployée par quelques supporters parisiens lors de la finale de la Coupe de la Ligue. Toute la France s’est émue et la presse s’est emparée de l’histoire. Une décision a été prise par les instance du football (exclusion du PSG de la coupe de la ligue) et par les pouvoirs publics (dissolution de l’association de supporters des Boulognes Boys).

Le Tribunal Administratif de Paris a annulé la décision de la LFP, car les fait se sont déroulés au stade de France (et non au Parc des Princes), la fouille y était assurée par les forces de l’ordre et non par le personnel du PSG, les BB85 ont été dissout, des d’interdiction de stades ont été prononcées et 9 personnes vont passer en jugement prochainement; sanctionner l’équipe professionnelle en privant le club de défendre son titre était disproportionné. Paris a donc été réintégré, le club retrouve son épreuve fétiche, Guily pourra peut être de nouveau fouler la pelouse du stade de France et Makélélé pourra peut être gagner un des rares trophées qui manque à sa collection.

Cette lourde sanction avait été prononcé en plein phénomène ch’tis, les gentils (et désormais célèbres) trainés dans la boue, et comme “nous sommes tous des ch’tis” (dixit Frédéric Thiriez), il est normal que tout le monde ai tiré à boulet rouge sur le PSG, club plus présent ces dernières saisons en une des journaux (pour des fait divers) qu’en tête de la L1.

Thiriez

Bien sur ce jugement ne fait pas que des heureux ; la Licra est deçue, Gervais Martel désabusé et le maire de Lens (qui voulait que la final soit rejouée, puis que le titre soit attribué au Rc Lens) fustigent la justice parisienne, font référence au pot de terre contre le pot de fer et nous ressortent la fameuse rengaine du pauvre petit provinciale face au méchant technocrate de la capitale. Ayons quand même une pensée émue pour Vannes, Boulogne-sur-mer et Dijon qui auront donc un match supplémentaire à jouer.

M. Thiriez, a indiqué qu’il se tenait à la décision du tribunal administratif de Paris de réintégrer le PSG en Coupe de la Ligue, “Le juge des référés a trouvé cette sanction (exclusion du PSG) trop sévère, explique-t-il.

Mais le PSG a terni l’image de la coupe made in LFP et, pour une fois, il n’a pas servi d’exemple. La ligue a donc décidé de se “venger” autrement. Déjà habituée à infliger la plus lourde amende chaque semaine au club de la capitale pour utilisation de fumigènes ( amende de 10.000 euros contre 1500 environ pour les autres clubs), cette fois ci c’est 17.500 euros qu’elle a infligé au PSG pour le match contre Bordeaux (7.000 à l’OM et 1.000 à Toulouse).

Sachant que les coups de sécurité d’un match à Paris ont grimpés en flèche ces deux dernières années (le PSG loue les effectifs de police à chaque match), ce qui a entrainé une augmentation significative du prix des abonnements. Y ajouter de grosses amendes hebdomadaires est peut être une tactique, fomentée dans les bureau de la LFP, pour obliger le psg à augmenter encore plus les prix des places pour que les méchants supporters ne puissent plus venir gâcher ce merveilleux spectacle qu’est la L1.

Le président de la FFF Jean-Pierre Escalettes quant à lui ne compte pas en rester là. «Nous ne baisserons pas les bras face à cette situation (..) c’est une question d’exemplarité» , a-t-il lancé. Il faut bien comprendre que la justice civile a annulé une sanction sportive prononcée par la “justice” sportive. Si le PSG est réintégré cela pourrait ensuite faire jurisprudence et rendre de ce fait la FFF pratiquement inoffensive dans la lutte contre le racisme qui gangrène le football. La Fédération va donc se pourvoir en cassation contre la décision du tribunal administratif. M .Esqualette a ajouté qu’il franchirait ainsi tous les échelons de la justice s’ il n’obtenait pas gain de cause, se disant prêt à saisir le Conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative de France. Si la présidence effective de cette institution est assurée par son vice-président, Jean-Marc Sauvé, la présidence en droit revient au Premier ministre. François Fillon en personne devrait donc être prié de trancher l’affaire.

Donc Fillon va-t-il faire plaisir à son président ( supporter indépendant du PSG) ou est-il fan du film de Dany Boon ? Là est la question.

Sebdo -> Désagréable – hautin – Arrogant : bienvenue a Paris !!!