Ceci n’est pas vraiment un nouveau post. Remarque, ceci n’est pas une pipe non plus. Ceci est juste un “pour info” ou un “FYI” comme on dit de l’autre côté du miroir sans tain.

Un blog, ça se nourrit, ça s’alimente sinon ça devient un mannequin anorexique qu’on regarde mais sur lequel les yeux n’ont pas vraiment envie de s’arrêter.

Et, force est de constater que la rubrique “Parce qu’il y a aussi une Festivalière” reste désespérément vide ces derniers temps. Et c’est pas faute d’avoir tenté de feinter en confiant la plume à des invitées de qualité pour étouffer ma culpabilité, le temps de me reprendre.

Mais la vérité, je vous la dis, je vous la dois, la vie, la vraie – pas celle d’Auchan mais celle qui est une salope dont je ne suis malheureusement pas le maquereau – m’appelle sous d’autres horizons que ce que permet la BLOG LIFE.

Depuis décembre 2010 et mon premier entretien d’embauche par GTalk où les 3 questions principales étaient “t’es plutôt Booba ou Rohff?”, “si je te dis, ‘Marseille, Marseille, on…’ tu dis quoi ?” et “quel est ton épisode préféré de Lost ?” et où on m’annonçait mon embauche sans contrat de travail et sans modalité d’intervention précise précise et me demandait de bien vouloir apporter prestement des cafés noirs, allongés et sans sucre à mes nouveaux patrons…, il s’est passé plus de 2 ans 1/2 !

2 ans 1/2 PUTAIN, deux années et demi QUOI… Tu sais ce que ça représente deux années et demi pour un blog ? Ça équivaut  à plus de 175 ans pour une personne humaine. Et 175 ans, c’est vieux, ton âme s’est séparée de ton corps depuis loooongtemps (ce qui fait que tu pèses 21 grammes de moins : bien mais pas assez ceci dit), un peu comme je dois me séparer de la Dame n°13 aujourd’hui.

Ceci dit, vous ne vous débarrasserez pas complètement de moi : je continuerai à poster du LEAULE et des vidéos sur le compte Facebook des Festivaliers avec 3 mois de retard (parce que y’a que dans mon cycle menstruel que je ne m’accorde pas le droit d’être en retard) et  je continuerai à collaborer avec un plaisir non dissimulé sur les projets spéciaux des Festivaliers (Dico du Rap Français, paquets de Swagarettes, tee-shirt LEAULISSIME et cie).

Mais, surtout et même si  c’est peut-être un détail pour vous (car ça ne concerne pas directement le blog), pour moi ça veut dire beaucoup, je continuerai – je l’espère bien des années encore - à boire beaucoup plus qu’il n’est raisonnable de le faire en soirée avec les Festivaliers et à partager des chaines de mail WTF car, pour les Festivaliers, j’ai de l’Amour (avec un grand A, ui!).

RIP donc la Dame n°13 ! Et enchantée, moi, c’est Marie, une Festivalière pour la vie.

Bisous, bisous.

Marie, Festivalière pour la vie