5 ans. En âge des Internets, c’est égal à 3 621 années humaines. En âge télévisuel, c’est comme si on avait fait 17 carrières de Michel Drucker et 309 saisons des Feux de l’amour. Oh wait, on m’informe dans l’oreillette que c’est le nombre réel de saisons. Increvables nous sommes, un peu comme l’est IAM pour le rap français, sauf que nous, ce qu’on fait aujourd’hui est mieux que ce qu’on a fait hier.

5 ans qu’on applique notre devise “don’t be evil”. Devise qu’on a dû changer car ces enculés de Mountain View nous l’ont piqué en même temps que notre idée d’un moteur de recherche très simple graphiquement mais très efficace. Du coup on a comme règle quelque chose de moins philosophique mais de plus simple : nous faire plaisir. Faire ce qu’on aime. Être de gros égoïstes. Ça parait très con (mais c’est plutôt tendance en ce moment) mais si on aime, il y aura forcément des gens qui aimeront aussi. C’est notre leitmotiv depuis le tout premier article. Si tu kiffes pas renoi, tu lis pas et pis c’est tout.

5 ans et 411 articles. On ne va pas vous mentir, les 411 articles sont tous des perles rares. C’est la crise économique, vous êtes très certainement au chômage. On ne saurait alors trop vous conseiller de lire ou de relire l’ensemble de nos publications, ça vous apportera un peu plus que le téléfilm mélo de l’après-midi sur M6 que vous étiez prêt à regarder dans votre survet Queshua (crise oblige). Pour les plus pressés (ceux qui bossent deux fois plus pour essayer de conserver leur job), nous publieront bientôt notre sélection “des indispensables des Festivaliers”. Autant vous dire, on en a vécu des choses. Attention ce qui suit est une ode au personnal branling, normal, nous sommes des bloggeurs influents.

En 5 ans on a changé de nom (“previsouly known as ‘Le Festival de la Couille’), dit “fuck” à la lois Evin, publié ce qui reste à ce jour le meilleur et le plus lu des dicos du rap français sur la planète (approuvé par Sir Olivier Cachin himself) et ouvert notre boutique qui vend plus que tous les Apple Store d’Europe réuni, dont une collection dédiée à notre président préféré (et dont Le Petit Journal s’est fait l’écho).

Alors comment faire mieux, plus vite, plus haut, plus fort ? Hein, comment ? Évidement toutes les bonnes choses ont une fin (RIP Julie Lescaut) et même si la nôtre arrivera un jour ou l’autre ce n’est pas ce que je suis venu vous dire aujourd’hui. Au contraire. Voici venu le moment de la célébration, de la fête et des surprises. Parce qu’on a toujours plein d’idées et qu’on manque cruellement de temps (enfin comme vous, on passe une bonne partie de notre temps libre à ne rien faire sur nos smartphones, tout en croyant y faire des choses très importantes…), on a donc un peu moins écrit de billets mais c’était pour mieux se concentrer sur les choses qu’on va vous offrir dans les prochaines semaines. C’est notre anniversaire mais on vous fait des cadeaux. Encore un concept que Google va nous piquer d’ici peu.

Victor Ward (lapin blanc)